Photos de nous Samuel Gouet Angélique Gouet

Issus de deux familles où le café avait la préférence générale, nous apprécions pourtant plutôt le thé…

Depuis notre mariage en 2002, nous prenons régulièrement plaisir à découvrir de nouveaux thés. Nous avons naturellement commencé par les goûter et les acheter auprès des principales maisons présentes en France, en Angleterre et en Belgique.

Mais c’est lors d’un séjour en Chine que nous avons découvert un Monde insoupçonné vu de l’Occident ! C’est aussi dans ce pays que nous avons découvert des thés peu connus en France et qui ont vite eu notre préférence ; le Puer ou Pu’erh, le Liu Pao, les thés de rocaille (ou Wuyi rock tea) et les thés blancs compressés !


Profitant de nos voyages asiatiques, nous avons rencontré des producteurs de thés, des vendeurs de thés, mais aussi de véritables Maîtres du thé ! Chaque retour en France était pour nous l’occasion de partager et de faire goûter ces nouveaux thés rapportés d’Extrême Orient à nos familles et à nos amis. Nos thés peuvent surprendre et parfois déstabiliser un palais totalement néophyte, avec des saveurs subtiles et neuves. Et curieusement :

Même ceux qui disent ne pas aimer le thé…
apprécient souvent les thés que nous leur faisons découvrir pour la première fois !

En France les thés qui sortent de l’ordinaire peuvent être difficiles à se procurer car ils sont comparativement moins commercialisés (et donc moins connus) que les thés communément proposés par de grandes marques de l’agroalimentaire. Il est donc logique que nos palais soient plutôt habitués à des thés classiques (les thés noirs traditionnellement importés d’Inde par les anglais ou les thés verts de Chine et du Japon qui sont de plus en plus tendance), ou les thés aromatisés.
Et nous ne parlerons pas de la plupart des thés en sachets individuels qu’il est déconseillé d’ouvrir, au risque d’avoir l’impression d’infuser de la poussière de thé.

Sous tasse ou dessous de tasse en feutre Laine de Nouvelle Zélande transformée au Népal dans la Vallée de Katmandou Artisanat du Népal et Commerce équitable Décoration de tableDepuis plus de dix ans, nous multiplions les voyages en Asie, et début 2018, suite à un changement de situation professionnelle, nous avons décidé de partager nos découvertes et nos coups de cœur avec un plus grand nombre de personnes. Les professionnels asiatiques qui nous rencontrent régulièrement étaient d’abord surpris de voir deux jeunes français s’intéresser et connaitre les thés locaux. Ils nous voient désormais comme des ambassadeurs de leur culture. Eux connaissent si bien les spécialités gastronomiques françaises (plats et vins…), n’est-il pas normal d’apprendre à connaître leurs thés ? Je doute que des investisseurs français pensent à acheter des plantations de thé en Chine (l’inverse étant déjà chose faite avec de nombreux vignobles français), mais ce n’est pas une raison de passer à côté de leurs thés !

Le thé fait partie intégrante de la culture et du patrimoine chinois. Sa production est codifiée et de nombreux producteurs travaillent encore à l’améliorer en favorisant l’élaboration de thés biologiques…

Nous avons à coeur de vous proposer des thés de qualité
que nous allons nous-même sélectionner sur place !

Si les marchés intérieurs chinois, taiwanais ou japonais sont particulièrement développés pour le thé, les marchands occidentaux ne se risquent généralement pas à investir de grosses sommes d’argent dans des thés rares et méconnus, comme le puer (ou pu’erh), le Liu Pao ou les thés de rocaille. Et le consommateur n’a donc guère d’opportunité de gouter ces merveilles.
Notre structure modeste en taille (avec des stocks limités), nous permet de vous proposer ces thés rares et parfois exceptionnels à des prix raisonnables.

Notre souhait est de vous donner envie de découvrir ce Monde, d’y goûter, d’apprendre à connaître, pour au final apprécier… nous aurons alors de bonnes raisons d’être satisfaits !